Qui est vulnérable ?

L'infection au nouveau coronavirus peut être dangereuse pour certaines personnes, car elles peuvent développer une forme sévère de la maladie. Sont vulnérables :

les personnes de plus de 65 ans

les femmes enceintes

les adultes atteints d’une des maladies suivantes :

  • hypertension artérielle
  • maladies cardio-vasculaires
  • diabète
  • maladies chroniques des voies respiratoires
  • cancer
  • une faiblesse immunitaire due à une maladie ou à un traitement
  • obésité de classe III (morbide, IMC ≥ 40 kg/m2)

Si vous n’êtes pas sûr de faire partie des personnes vulnérables, veuillez vous adresser à votre médecin.

Que faire en cas de symptômes ?

Si vous avez un ou plusieurs symptômes tels qu'une toux (généralement sèche), des maux de gorge, des difficultés à respirer ou une perte soudaine de l'odorat et/ou du goût avec ou sans fièvre, sensation de fièvre ou douleurs musculaires, appelez tout de suite votre médecin ou un hôpital. Même le week-end. Décrivez vos symptômes et signalez que vous êtes une personne vulnérable.

Port du masque au quotidien

De manière générale, nous recommandons pour toutes les situations : portez un masque lorsque vous ne pouvez pas garder la distance de 1,5 mètres avec les autres personnes et qu’il n’y a pas de protection physique (p. ex. des parois de séparation).

Porter un masque dans l’espace public permet surtout de protéger les autres personnes. Une personne infectée peut être contagieuse sans le savoir jusqu’à deux jours avant l’apparition des symptômes. Ainsi, si tout le monde porte un masque dans un espace étroit, chaque personne est protégée des autres. Les masques ne garantissent pas une protection à 100 %, mais ils permettent de ralentir la propagation du nouveau coronavirus.

Masque obligatoire dans les transports publics et les avions

Les personnes de plus de 12 ans doivent porter un masque dans tous les transports publics. Ceci inclut les trains, les trams, les bus, les chemins de fer de montagne, les télécabines et les bateaux. Pour ces derniers, les ponts extérieurs sont aussi concernés. Les téléskis et les télésièges sont exemptés de l’obligation. Le port du masque est aussi obligatoire sur tous les vols de ligne et les vols charters au départ ou à destination de la Suisse.

Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas obligés de porter un masque. L’obligation ne s’applique pas non plus aux personnes qui ne peuvent pas porter de masque pour des raisons spécifiques, notamment médicales. Ceci comprend les blessures au visage, les grandes difficultés respiratoires, les angoisses en cas de port d’un masque ou les handicaps divers empêchant d’en porter un. Le personnel des transports publics peut retirer son masque pour communiquer avec des personnes malentendantes.

L’obligation vaut indépendamment du taux d’occupation du moyen de transport concerné. Si vous refusez d’y porter un masque, le personnel pourra vous ordonner de descendre au prochain arrêt. Si vous refusez encore, vous risquez une amende.

Les masques ne sont obligatoires qu’à l’intérieur des moyens de transport. Vous n’êtes donc pas obligés d’en porter dans les gares, sur les quais ou aux arrêts. Cependant, si vous ne pouvez pas garder la distance de 1,5 mètres avec les autres personnes à ces endroits, vous devriez porter un masque.

En revanche, les espaces de restauration dans les transports publics ne sont pas concernés par l’obligation. Vous n’avez pas non plus besoin de porter un masque si vous prenez un petit en-cas dans les transports publics.

Situations où le port du masque est recommandé

Lors de prestations avec contact physique ne permettant pas de garder la distance de 1,5 mètres, par exemple dans les salons de coiffure, de beauté, de massage ou de tatouage, les clients au même titre que le personnel devraient porter un masque.

Nous vous recommandons de porter un masque si vous allez chez le médecin ou à l’hôpital. Renseignez-vous auprès de l’établissement avant votre visite.

Dans tous les secteurs économiques, les employeurs doivent garantir que leurs employés puissent respecter les recommandations de l’OFSP en matière d’hygiène et de distance. Des mesures adéquates doivent être prévues et mises en œuvre. De telles mesures peuvent inclure l’obligation de porter un masque, par exemple pour le personnel des bars ou des restaurants.

Situations où vous n’avez pas besoin de porter un masque

Vous n’avez pas besoin de porter de masque quand vous passez rapidement à côté d’une personne, par exemple en vous promenant, en allant courir, en circulant à vélo ou en faisant vos courses (règlementations cantonales réservées). Lors de ces activités, le risque d’être contaminé par la respiration des personnes infectées est infime.

Lors de manifestations privées, comme des repas de familles ou des anniversaires, les règles d’hygiène et de conduite doivent être respectées, y compris la distance. Si ce n’est pas possible et qu’une personne présente est testée positive au nouveau coronavirus par la suite, l’organisateur doit transmettre vos coordonnées aux autorités cantonales. Il doit informer les participants que leurs données pourront être utilisées, le cas échéant, pour le traçage des contacts.

Dans un restaurant, un bar ou un club, les prescriptions du plan de protection s’appliquent, lequel peut prévoir l’utilisation de masques. Si le plan de protection ne prévoit ni masques ni autres mesures de protection, le traçage des contacts entre en jeu. Toutes les personnes présentes doivent alors être informées que la visite de l’établissement ou la participation à la manifestation présente un risque accru d’infection.

Types de masques

Il existe plusieurs types de masques sur le marché :

  • Masques d’hygiène / masques faciaux médicaux (masques chirurgicaux, masques OP) : utilisés correctement, ils protègent surtout les autres personnes d’une infection. Si vous avez des symptômes d’affection aiguë des voies respiratoires, nous vous conseillons d’utiliser ce type de masque.
  • Masques industriel en tissu (community mask) : utilisés correctement, ils protègent surtout les autres personnes d’une infection. La Swiss National COVID-19 Science Task Force a élaboré un standard que ces masques doivent respecter.
  • Masques de protection respiratoire (filtering face piece (FFP) ou masques FFP2/FFP3) : ils protègent les personnes qui en portent des particules solides ou liquides et des aérosols. Ils sont à la disposition du personnel médical pour son travail. Ils possèdent parfois une valve pour faciliter la respiration. Les personnes infectées, avec ou sans symptômes de la maladie, ne doivent pas porter de masques avec valve, car ils ne filtrent pas l’air expiré et peuvent même propager le virus. Nous recommandons de ne pas utiliser de masque de protection respiratoire pour un usage privé.
  • Autres masques (masques en tissu cousus ou fabriqués soi-même, masques do-it-yourself, etc.) : ces masques n’offrent pas de protection fiable. Nous ne le recommandons donc pas.

Une écharpe ou un foulard ne protègent pas suffisamment d’une infection et n’offrent qu’une protection limitée pour les autres personnes. Ils ne peuvent donc pas remplacer un masque.

Les visières non plus ne peuvent pas remplacer un masque. Elles protègent les yeux d’une contamination par gouttelettes, mais ne garantissent pas d’être protégé contre une infection par la bouche ou par le nez. Elles ne peuvent donc servir qu’en complément à un masque.

Utilisation correcte

Veuillez respecter les règles suivantes lorsque vous utilisez un masque.

  • Utilisation : il est important que le masque couvre le nez et la bouche en tout temps. Lavez-vous ou désinfectez-vous toujours les mains avant de le mettre et après l’avoir enlevé. Touchez le masque le moins possible. Les masques en tissu peuvent être réutilisés, car ils sont lavables. Les masques d’hygiène ne devraient être utilisés qu’une seule fois. Actuellement, il n’existe pas de données scientifiques permettant d’évaluer l’efficacité de masques d’hygiène ayant été utilisés plusieurs fois. La vidéo ci-dessous vous expliquera en détail comment bien les utiliser.
  • Réutilisation : si vous utilisez plusieurs fois un masque en tissu ou un masque d’hygiène (par exemple parce que vous ne l’avez porté que peu de temps), l’hygiène des mains et la bonne utilisation et conservation du masque sont essentielles. Lavez-vous ou désinfectez-vous les mains avant et après avoir mis et enlevé le masque, et touchez-le le moins possible. Important : si vous êtes atteint d’une affection aigue des voies respiratoires, portez des masques d’hygiène et ne les réutilisez pas.
  • Conservation en cas de réutilisation : l’idéal est de suspendre votre masque à un crochet après l’avoir utilisé, de manière à ce qu’il ne touche aucun autre objet. Si ce n’est pas possible, conservez-le dans un sachet en papier ou dans une enveloppe. Ainsi, vous pourrez emporter votre masque sans risquer qu’il ne touche d’autres objets et que des virus ne s’y propagent. Les sachets en plastique ne sont pas adaptés pour conserver un masque, car ils ne laissent pas passer l’air : les masques ne peuvent donc pas sécher. De plus, les virus survivent plus longtemps sur du plastique que sur du papier.
  • Lavage : les masques d’hygiène ne peuvent pas se laver. Ceux en tissu doivent être lavés selon les indications du fabricant.
  • Durée : vous pouvez porter un masque pendant quatre heures au maximum. Faites attention à l’humidité du masque : plus il est humide, moins il sera efficace.
  • Élimination : les masques d’hygiène peuvent être jetés à la poubelle avec les déchets normaux. Faites attention à ce que le masque ne touche rien d’autre que les déchets. Refermez soigneusement le sac poubelle. Lorsque vous êtes hors de chez vous, vous pouvez jeter votre masque dans une poubelle publique. Lavez-vous ou désinfectez-vous les mains après avoir touché un masque usagé.
  • Barbe : peu importe que vous portiez ou non une barbe. L’important est que le masque recouvre le nez et la bouche.